Partagez | .
 

 Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 14:11

♆ Siobhan A. Rhodes ♆
« run boy run, this world is not made for you. »




Je me nomme Siobhan Aslinn Rhodes et je suis un(e) demi-déesse, mon père étant le messager des dieux, Hermès, je suis contre Gaïa et en apparence, j'ai dix-neuf ans. Je suis célibataire et fidèle. A côté de cela, on me qualifie souvent de lunatique, attentionnée, curieuse, menteuse. On peut facilement m'identifier physiquement grâce aux multiples cicatrices présentent sur mon corps, ou encore à cause de cette manie de toujours toucher à tout, particulièrement lorsqu'on me l'interdit. Peu de gens savent que je suis claustrophobe et incapable de nager. On me dit souvent que je ressemble beaucoup à l'humain(e) Willa Holland.
POWER AND ABILITY

En tant que fille d'Hermès, Siobhan a la capacité de se téléporter dans l'endroit de son choix à condition qu'elle l'ait déjà visité. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, Siobhan a toujours eu pouvoir et elle serait incapable de dire lorsqu'elle commença à l'utiliser. Déjà enfant, elle s'en servait pour faire de court déplacement, à peine quelques mètres, mais ça l'amusait énormément. Elle ne parla cependant de ce don à personne, tel un enfant qui avait peur de se faire confisquer son jouet parce que c'était un peu ça pour elle, un jeu. Avec le temps, elle développa ce don et pu, après plusieurs années, faire des déplacements plus longs, allant jusqu'à faire plusieurs kilomètres mais encore aujourd'hui, ce genre de déplacements lui demandent énormément d'énergie.
C'est lors de son voyage pour se rendre au camp de sang-mêlé que Siobhan prit réellement conscience de ce deuxième don. Ainsi, où qu'elle soit, elle retrouve toujours son chemin, qu'elle connaisse la route ou non. Son utilisation lui demande une grande concentration ainsi qu'une connaissance de l'objet, de l'endroit  ou encore de la personne qu'elle cherche mais le tout doit être assez précis sans quoi elle ne pourra rien faire. Au début ce n'était rien, juste une intuition qui se révélait souvent exact, pas de quoi alarmer, mais plus le temps passait, plus elle était précise concernant les chemins à prendre, elle finissait par avoir l'impression de connaitre chaque rue, chaque quartier, comme sa poche or il n'en était rien. Ces dernières années, cette capacité lui a permit de traquer des personnes en suivant les mêmes chemins qu'eux. A la manière d'un jeu d'enfants, des pas s'illuminent sous ses yeux, projetant ainsi le chemin emprunter par la personne rechercher. Ces traces de pas peuvent changer de couleurs en fonction de la sorte de créature qu'elle poursuit et s'atténuent en fonction du terrain ou du lapse de temps passé entre temps. Ainsi, elle est souvent incapable de suivre quelqu'un après que celui-ci soit passé dans une source d'eau, par un terrain impraticable, après un orage ou lorsque son passage date de plus de quelques jours.

MON CARACTÈRE

Gentille. Un mot qui revenait sans cesse à la bouche de ceux qui devait la décrire. Ce mot lui donnait envie de vomir, un horrible goût amer en bouche, un goût de… déception, face à ce qu'elle était devenue. Non, elle n'était pas gentille, c'était même tout le contraire mais elle devait se protéger de la seule personne capable de la détruire. Elle même. Elle n'a pas à se plaindre, courageuse, intrépide, spontanée, elle n'est pas l'une de ces poltronnes ayant peur de tout ce qui bougent. Elle ne peut pas s’empêcher de toucher à tout, c’est une sorte de pulsion qu’elle se doit de satisfaire, comme pour être sûr d’être éveillée. Lunatique, elle s’évade facilement dans ses pensées. C’est une fille très curieuse, découvrir de nouvelles créatures, de nouveaux endroits, elle agit souvent sans réfléchir poussée par cette pulsion mais… s'en est devenu destructeur. Toujours à se mettre elle-même en danger, elle est impatiente de connaitre le monde et tout ce qu'il peut lui offrir. S'en était devenu malsain. Perfide, manipulatrice, colérique, égoïste, violente, elle ne connaissait plus ses limites. Elle était devenue une bombe à retardement, prête à exploser.
Claustrophobe, elle s’énerve rapidement lorsqu’elle se retrouve enfermée dans un espace restreint et présente des difficultés pour respirer après quelques minutes, lorsqu’enfin, elle comprend qu’elle est coincée. Dans ces cas-là, elle perd tous ses moyens, tétanisée par la panique. Elle n’est pas non plus une bonne nageuse –en réalité, elle est très mauvaise et préfère tout simplement dire qu’elle ne sait pas nager– et évite donc de se retrouver dans un endroit où elle n’aurait plus pied, ayant déjà plusieurs fois manqué de se noyer.
Mais elle a changé. Du moins, elle essaie. Calme et attentionnée, elle tente de devenir une meilleure personne. Elle est toujours fêtarde, bornée et ne cesse de mentir à son entourage, il vaut peut-être mieux se dit-elle souvent. Qui accepterait la vérité ? Sa vérité. Elle reste cependant fragile, elle-même sait qu'une toute petite étincelle peu ruiner tout ses efforts, faisant couler du sang. Parce que tout à toujours été de sa faute, elle en est persuadée. Elle a l'impression de devenir folle.
Une chose n'a pas changé, et ne changera probablement jamais, c'est sa haine envers son père, Hermès. Siobhan n'arrive pas à comprendre la raison pour laquelle il les a abandonné, elle et sa mère, elle sait pourtant qu'elle ne pourra rien contre lui. Elle n'est pas stupide non plus et c'est la raison pour laquelle la jeune femme est du côté de l'Olympe, elle ne souhaite pour rien au monde précipité sa perte en prenant le parti de celle qui souhaite la détruire. Et pourtant. Elle hésita longuement avant de se décider car loyale, elle est prête à sacrifier sa vie pour ce qu'elle croit juste, ou justifier.
Elle est perdue, ne sachant quoi faire, ne sachant même pas qui elle est.
MON APPARENCE

Ses cheveux châtains lui tombant au niveau de sa poitrine, Siobhan les releva d'un mouvement de la main à défaut de ne jamais les attacher. Relevant la tête, elle se regarda longuement dans la glace, fixant ses yeux verts, ses lèvres rosées… On lui disait parfois qu'elle était trop mince, parlant toujours de ses joues creusant son visage, ou encore son poids, une cinquantaine de kilos, mais c'était des éléments qui ne l’intéressaient pas vraiment, son physique.
De petite taille, elle déteste cependant porter des talons préférant largement chausser ses converses d'un rouge éclatant. Son style vestimentaire simple lui permettait de passer inaperçu dans la foule, bien qu'elle ait songé plus d'une fois à arborer des vêtements plus colorés, elle reste très sobre dans ses choix. Elle n’aimait pas spécialement se maquiller non plus, n’y voyant pas un réel intérêt et les rares fois où elle le faisait était lorsqu’elle n’avait pas le choix –cédant aux demandes d’une quelconque personne l’ayant exaspéré au point où elle fait ce qu’elle souhait afin qu’elle soit enfin tranquille– ou lors d’un grand événement.
Son regard s'arrêta un instant sur sa clavicule droite où une cicatrice était difficilement visible mais elle savait qu'elle y était, elle avait même l'impression de ressentir la même douleur que cette nuit où elle avait été attaquée par une créature qui lui avait planté l'une de ses griffes dans l'épaule, laissant cette trace. Descendant un peu plus, elle remarqua une autre cicatrice, plus visible cette fois, positionnée sur son genou, souvenir d'un énième altercation. C'était l'une des raisons pour laquelle Siobhan préférait porter des pantalons notamment pour éviter les questions. Elle n'osa relever son t-shirt, se contentant de n'y poser que sa main hésitante, mais elle savait ce qu'il y avait en dessous, toutes ces marques, cicatrices que lui avait fait son beau-père et les autres hommes qui le rejoignaient lors de leur partie de poker ou autres sorties entre hommes…
Elle souffla bruyamment, presque soulagée, redressant son dos souvent légèrement vouté. Elle s'était entrainée depuis, et sait aisément se défendre lorsque son épaule ne la fait pas souffrir au point qu'elle ne puisse pratiquement plus bouger, trop focaliser sur la douleur.
YOUR STORY

« — Maman, il est où papa ? » La mère releva la tête et regarda sa fille, Siobhan. Des larmes perlèrent aux coins de ses yeux et pourtant, elle essayait de se montrer forte, elle le devait. Délicatement, elle prit la petite fille dans ses bras et la berça quelques minutes tout en sanglotant silencieusement. Elle ne voulait pas y croire, et pourtant, la réalité la frappait en pleine face, il était partit. Meredith –car tel était son prénom– avait toujours su que celui qu’elle avait aimé partirai mais elle n’avait jamais aussi tôt, pas après l’anniversaire de leur fille. De sa fille. Elle aurait pourtant du s'en douter, il partait durant des mois, pour ne revenir que quelques jours lorsqu'il avait le temps, mais il ne restait jamais bien longtemps. La tête de Siobhan enfouie dans son cou, la mère se laissa aller et laissa ses larmes couler. C’était la première et la dernière fois qu’elle pleurerait pour un homme, elle se le promit. Mais elle n’y arrivait pas, elle ne voulait pas l’oublier… Elle se souvenait parfaitement des moments qu’ils avaient passés ensemble, toutes ces promesses qui ne seraient jamais tenues... « — Il est partit, se contenta-t-elle de répondre, la voix rauque. » Elle ne voulait pas inquiéter sa fille, seulement âgée de deux ans, pourtant, elle savait que cette disparition aurait des conséquences bien pires qu’elle n’aurait pu imaginer.


« — Je n’y arrive pas, c’est tout, lança Siobhan sèchement. » Elle regretta immédiatement ses paroles. Du haut de ses huit ans, l’enfant avait toujours eu du respect pour sa mère mais elle détestait le fait de ne pas réussir et c’était exactement ce qui était entrain de se passer. Elle mettait toujours de la bonne volonté à faire ce qu’il fallait, que ce soit pour l’école ou simplement pour aider sa mère et elle détestait remettre la faute sur son hyperactivité ou sa dyslexie pourtant, elle n’avait pas le choix. Ça la frustrait énormément de ne pas savoir lire avec autant d’aisance que ses camarades de classes, de se faire toujours engueuler, et malgré tout ce que disait sa mère, elle sentait qu’elle lui cachait quelque chose. « — Excuse-moi, dit-elle affichant une petite moue désolée. » Meredith la couva d’un regard bienveillant, elle ne pouvait pas en vouloir à sa fille. Elle n’avait pas choisis ce qu’elle était, tout ça était entièrement de sa faute.


Vingt-deux heures venait de sonner lorsque Siobhan atteignit le coin de sa rue. Âgée de onze ans, elle avait du sortir afin de racheter de un paquet de cigarettes pour son beau-père, Franck, avec qui sa mère s’était mariée il y a quelques années. Elle le détestait et avait rêvé plus d’une fois de le voir disparait de leurs vies, voir mourir lorsqu’il l'avait vraiment énervée. Elle ne comprenait pas comment elle avait pu finir avec un homme comme ça, pas après son père…
Ses réflexions furent interrompues, non loin de l’appartement que sa mère louait, par une silhouette semblant l'attendre dans l'obscurité. Si sa mère lui avait apprit une chose, c'était de se méfier de tout le monde. Même sans ce conseil, elle trouvait cette personne étrange. Ou peut-être était-ce de la paranoïa de sa part. Elle n'eut pas le temps d'y réfléchir plus longuement qu'une autre personne attira son attention, arrivant de l'autre bout de la rue. L'obscurité ne lui permettait pas de voir de qui il s'agissait, elle n'aurait pas pu bouger, trop terrorisé. Ces deux personnes courraient vers elle, l'une lui criant quelque chose quelque chose qu'elle ne pouvait saisir tandis que celui qui semblait l'attendre se contentait d'émettre une sorte de feulement.
« — Cours !, hurla quelqu'un. » Cette voix, elle la reconnaissait entre mille, sa mère. L'adolescente semblait avoir reprit ses esprits, assez pour lui obéir et se mettre à courir. A fuir. Elle n'avait pas vraiment le choix concernant le chemin à prendre mais elle avait le sentiment que sa mère lui avait dit indirectement d'aller vers cette deuxième personne courant vers elle, et c'est ce qu'elle fit.
« — Siobhan ! Viens avec moi, je vais te sortir d'ici, dit l'homme qui l'avait interceptée lorsqu'elle fut à sa hauteur. » Il entoura son épaule de son bras, se voulant réconfortant, et se mirent à courir ensemble. L'adolescente était perplexe, persuadée d'avoir déjà vu cette homme, ou plus, cet adolescent, il lui fallu quelques minutes avant qu'elle ne fasse le rapprochement ; l'école. Elle était sûr de l'avoir vu là-bas, parmi les nouveaux élèves arrivés en début d'année, tout comme elle. « — Qu'est-ce que tu fais ici ?!, demanda-t-elle lorsqu'ils s'octroyèrent une minutes de repos. » « — On a pas le temps ! Tu sauras tout lorsque tu seras au camp, répondit-il immédiatement. » Elle ne savait pas quoi faire, hésitant à faire demi-tour, demander conseils à sa mère mais elle savait qu'il n'avait pas le temps, elle n'en aurait probablement plus jamais. « — Mais de quoi est-ce que tu parles ?, demanda-t-elle, confuse. Quel camp ? Je ne bougerai pas tant que tu ne m'auras rien dit, décréta-t-elle en croisant ses bras contre sa poitrine. » Ce qu'il lui disait n'avait aucun sens, elle détestait de ne pas comprendre. Menteuse accomplie, elle espérait pouvoir bluffer l'autre adolescent avant de continuer leur chemin, elle n'était pas stupide au point de l'abandonner pour suivre son propre chemin qui, elle en était sûr, risquait d'être très court. « — On n'a pas le temps ! , tenta-t-il de répondre calmement. » Sa voix était enroué, Siobhan savait qu'il avait probablement raison. Il semble… sur les nerfs, inquiet. Elle aussi mais la curiosité était plus fort, elle voulait savoir ce qu'il se passait, comprendre. « — Bon sang, tu es sérieuse, finit-il par dire, exaspéré. Ecoutes…, tout ce que je peux te dire c'est que tu n'es pas humaine, d'accord ? Enfin, pas entièrement. Ta dyslexie, ton hyperactivité, tout est lié. C'est plus compliqué que ça mais on n'a pas le temps ! Tout te sera expliqué quand on sera au camp. » « — C'est mon père, hein ?, demanda-t-elle immédiatement. » Elle n'eut pas de réponse mais son regard voulait tout dire pour elle, une confirmation silencieuse. Siobhan n'était pas sûr d'avoir compris mais elle avait le sentiment qu'il lui disait la vérité –probablement à cause de toutes ces histoires que lui racontait sa mère avant de s'endormir avec des dieux et des héros–, alors, ils se mirent à courir ensemble.


« — Tu crois qu'ils dorment ? » « — A ton avis, Jeremiah, il est trois heure du matin…, répondit Siobhan d'un murmure. » Ledit Jeremiah était un blondinet venant de fêter ses dix-huit ans lors d'une fête qui s'était éternisé. Il avait finalement raccompagné son amie, deux ans plus jeune, afin d'être sûr que rien ne pouvait lui arrivé mais c'était sans compté la dose d'alcool qu'ils avaient ingurgité tout les deux. « — Merde, finit par lâcher l'adolescente en se laissant tombé le long de la porte d'entrée dans un piteux état. » Son ami la regarda quelque instant, semblant réfléchir à ce qu'elle venait de dire, sans réellement comprendre où elle voulait en venir. « — Mon beau-père a fermé la porte à clé. Je crois qu'on va devoir dormir dans sa voiture, finit-elle par dire avant de finir par rire, seule. » Un silence pesant s'installa entre eux quelques instants avant que Jeremiah finisse par prendre la parole. « — Pourquoi on ne rentrerai pas ? Ta mère ne sait pas nous ouvrir, elle ? » « — Comment veux-tu qu'on fasse ça, gros malin ? Et puis… elle n'est plus là, maintenant. C'est juste Franck, sa… femme, je crois, Megan et moi, répondit-elle en geignant. Je n’aurais jamais du boire autant… » Jeremiah finit par la rejoindre au seuil de la porte, s'installa au côté de la jeune femme et la prit dans ses bras.
La mère de Siobhan était morte quelques années auparavant et avait confier la garde de sa fille à son mari, elle avait eu du mal à l'époque et avait quitter la colonie quelques temps. Elle n'en parlait qu'à très peu de personne, ne le faisant que lorsqu'elle n'avait pas le choix. Franck, quant à lui, s'était rapidement trouvé quelqu'un –une certaine Eve– et ne s'occupait de sa belle-fille uniquement pour se donner bonne conduite auprès de autres, n'hésitant pas à la menacer lorsqu'elle ne coopérait pas mais Siobhan avait fini par faire avec. L'adolescente ne rentrait chez elle que rarement –n'en ayant même pas les clés–, parfois une semaine durant les vacances scolaires afin de voir ses amis, mais elle restait le moins longtemps chez elle, ne supportant aucuns de ses “nouveaux parents“ ou encore Megan, la fille d'Eve, la discréditant dès qu'elle en avait l'occasion. Mais au final, aucun d'entre eux n'avait jamais poser de question au sujet de ce camp, évitant de lui parler le plus possible.
« — Alors, voiture ?, demanda Jeremiah. » La tête reposée contre l'épaule son ami, elle soupira doucement en affichant un petit sourire. « — Voiture, finit-elle par lâcher. » Ils se levèrent tout les deux et se dirigèrent vers la voiture de Franck, main dans la main, ils finirent par la forcer avant de s'installer à l'intérieur et s'endormir.


Des cris. Des flammes. Du sang. Tout était l'œuvre de Siobhan. La demi déesse regardait le feu brûler sa maison avec un petit sourire satisfait. Rien ne pouvait la faire sortir de l'était de transe dans laquelle elle semblait être, seul les flammes la captivaient. Fermant les yeux, relevant le menton, elle se concentra pour en écouter le crépitement tandis qu'elle serrait son briquet dans ses mains. Les pompiers n'allaient pas tarder  à arriver alors elle voulait en profiter, voir les flammes se propager parmi les autres habitations. « — C'est magnifique, n'est-ce pas ?, demanda-t-elle . » Ses yeux étaient toujours fermés, seule sa tête avait bougé en se penchant légèrement vers la droite, là où se trouvait Jude, l'une de ses amies. « — Mais qu'est-ce que tu as fait… ?!, hurla-t-elle. » Le ton qu'elle avait employé n'avait pas plu à la demi déesse, elle était terrifiée par ce qu'elle avait fait, ça s'entendait. Le sourire de Siobhan s'étira un peu plus, elle savait que son amie ne comprendrait pas. « — Quoi ?, commença-t-elle, le ton innocent. Ce n'est pas comme si ils ne l'avaient pas mérité. J'aurai peut-être du enfermé Franck, tiens…, conclu-t-elle en affichant une petite moue songeuse, adorable en temps normal. » Pour la première fois, elle ouvrit les yeux et regarda enfin Jude. Ses traits étaient tirés par la courte nuit qu'elle venait de passé, sa bouche était entr'ouverte par sa stupéfaction et ses yeux exorbités par la terreur. Siobhan remarqua tout de suite ses longs cheveux bruns tirés en une queue faite négligemment, son sweater bleu marine miteux et son jean troué, des vêtements qu'elle avait prit rapidement avant de devoir être évacuée de sa maison, accolée à celle qui venait de prendre feu. En plus d'être son amie, Jude était aussi sa voisine. Elles se connaissaient depuis quatre ans et c'était probablement la seule personne à connaitre le calvaire dans lequel vivait la demi déesse lorsqu'elle devait rentrer chez elle. Ça ne l'avait pas étonnée de la voir ici, elle savait qu'elle désobéirait à ses parents et irait la rejoindre à l'arrière des bâtiments. Les autres habitants, pour la plupart blessé, s'étaient mis à l'abri en dehors de la rue, là où la police avait jugé qu'ils seraient en sécurité mais aucun d'entre eux ne s'était oser à l'intérieur du périmètre par après, les flammes se faisant de plus en plus menaçante. Des ambulances arrivaient les une après les autres en faisant pour la plupart un aller et retour constant, s'occupant des personés asphyxié par les fumées, ceux tombé dans la précipitation ou ceux ayant voulu jouer aux héros. « — Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ?, finit par demander Jude, la voix tremblante. Tu n'as jamais été aussi… folle. Non, dangereuse. Tu crois que Meredith serait d'accord avec ça ?! Et ton père ? » « — Ne mêle pas ma mère à ça !, hurla-t-elle, furieuse. Et mon père… Qu'est-ce qu'il en aurait à faire ? Ce n'est pas ça qui l'a empêché de nous abandonner. » Siobhan ne laissait rien paraitre, adoptant une expression neutre et pourtant, un déclic venait de se faire. Sa mère. Elle savait qu'elle aurait tout de suite désapprouvé, elle l'aurait probablement disputé et serait devenue folle en voyant les marques sur son corps, toutes ces cicatrices faites par Franck et ses “potes“ lors de leur soirée poker ou autres rendez-vous entre hommes. Depuis, elle avait apprit à se défendre à la colonie et ne se laissait plus faire à présent.
Pour la première fois, Siobhan venait de se rendre compte de l'horreur de ses actes. Du moins, elle restait partagée entre fascination et horreur. Les flammes se reflétaient dans ses pupilles, l'aveuglant par moment. « — Tu as peut-être raison… Je devrai peut-être changer… On me dit souvent que je suis gentille, je devrai plutôt être comme ça. Gentille… Plus calme. Tu ne crois pas ? » Elle n'attendait pas de réponse mais le regard de son amie voulait tout dire, comme une confirmation silencieuse.
Déjà, la sirène annonçant l'arrivée des pompiers résonnaient à l'entrée de la rue. La demi déesse jouait une dernière fois avec son briquet, semblant réfléchir à une solution, avant de partir d'un pas chancelant. « — Pour Hermès ! J'espère que ça te plait, papa, lança-t-elle d'un ton frivole. »


« — Avec des Romains ?, demanda Siobhan, incertaine. » Assise dans le bungalow, la demi déesse écoutait avec attention ce que venait de lui dire l'une de ses demi-sœurs. Elle n'avait pas été très au courant des dernières nouvelles après l'anéantissement de l'armée de Cronos, lassée par la routine qui reprenait. « — On va vraiment faire… équipe avec les Romains ?, reprit-elle en affichant un mine dégoutée. » Elle réfléchit un instant à cette perspective, tentant de mettre de côté les vieilles rancunes qu'elle avait contre eux et l'espace d'un instant, ça lui sembla même être une bonne idée. « — Tu crois vraiment que l'on a une chance ?, finit-elle par lâcher. » « — Bien sûr !, répondit immédiatement sa demi-sœur en affichant un grand sourire. » L'enthousiasme dont elle faisait preuve rassurait Siobhan, ça lui donnait espoir. Malgré tout, elle avait un mauvais pressentiment se souvenant des multiples attaquent que la colonie avait essuyé de la part de l'armée de Cronos, de toutes ses victimes et surtout, de cette prophétie annoncée mais elle était confiante. C'est ça, elle avait espoir.
ET TOI, DERRIÈRE TON PETIT ÉCRAN ?


“ Pseudo/Prénom :
Ellied
“ Âge :
15 ans, m'sieur !
“ Sexe :

“ Passion(s) :
Mmh, lire et écrire ? (comme c'est originaaal, oui je sais.) Mis à part ça, je suis une vrai cinéphile.
“ Comment trouves-tu le forum?
Superbe, même si certaines choses me perturbent (c'est mon côté perfectionniste qui ressort *par où est la sortie ?*)
“ Code du règlement :
Valider par Aphro' !
© Tout droit réservé à percyjackson.forumactif.org



Dernière édition par Siobhan Rhodes le Dim 25 Aoû - 13:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

Annabeth Chase
NOMEN MEUM...

avatar

L'équipe est à mes pieds. Je suis l'Administratrice en chef.

Grecque évidemment !



Me, et me solum !
Parents divins : Athéna
Messages : 638
Drachmes : 827
Date d'inscription : 23/06/2013





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 14:15

Bienvenue parmi nous Siobhan !!
je suis vraiment contente de voir une nouvelle tête ^^

Bonne chance pour ta fichounette et si jamais tu as un problème ou des question, ma boite de mp t'es grande ouverte Razz


_________________
I will always love you

Il y a des personnes qui marquent nos vies, même si cela ne dure qu'un moment.Et nous ne sommes plus les mêmes. Le temps n'a pas d'importance mais certains moments en ont pour toujours.© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 14:17

Merci beaucoup Annabeth ! Razz 
Revenir en haut Aller en bas

Peter Bolwen
NOMEN MEUM...

avatar

J'ai créer, grâce à moi vous êtes devant moi. Je suis le fondateur.

Je suis Grec.



Me, et me solum !
Parents divins : Héphaïstos
Messages : 415
Drachmes : 1361
Date d'inscription : 12/06/2013
Age : 21
Localisation : A la colonie des sang-mêlés





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 14:39

Bienvenue !

Une autre fille d'Hermès Youpi !Very Happy 

Si tu as besoin d'aide ou si tu veux poser des questions n'hésitent surtout pas ^^

_________________
#TEAM SUSHI

Son of Héphaïstos ◈
▽  Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://percyjackson.forumactif.org

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 14:42

Merci beaucoup ! Fo-cul 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 16:47

Bienvenue Siobhan Smile Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 17:44

Merci ! Smile
Revenir en haut Aller en bas

Aphrodite
NOMEN MEUM...

avatar

Sans moi, le forum ne serait pas comme il est. Je suis une Administratrice.


Me, et me solum !
Parents divins : Ouranos & Aphros
Messages : 70
Drachmes : 206
Date d'inscription : 10/08/2013





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 20:17

Salut toi !
Si tu as besoins d'aide, envoie moi un message-iris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 18 Aoû - 20:23

Merci beaucoup ! (Amber ! *-*)
Ne vous inquiétez pas, je n'hésiterai pas à vous harceler si besoin est. (a)
Revenir en haut Aller en bas

Jill Taka
NOMEN MEUM...

avatar

Grec un jour, grec toujours.


Me, et me solum !
Parents divins : Arès
Messages : 129
Drachmes : 239
Date d'inscription : 10/08/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part à n'en point douter





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Lun 19 Aoû - 10:32

Bienvenu au camp Siobhan ! Et au plaisir de te croiser le fer avec toi un de ses quatre ! ;P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/

Invité
NOMEN MEUM...



Invité


Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 25 Aoû - 13:22

Merci ! Very Happy Ce serait avec plaisir, héhé. Twisted Evil 

Voilà ! J'ai fini ma fiche. Bon, je l'avoue, j'ai été un peu (beaucoup) fainéante sur l'histoire mais ce sont les choses principales que je voulais raconter sur Siobhan (enfin, sauf le dernier mais je me suis dit que ce serait bien de faire un truc par rapport au contexte) donc j'ai essayer de détailler pour expliquer ce qu'il s'était passer entre temps mais si vraiment ça ne va pas, je recommencerai son histoire (mais je trouvait que ça trainait déjà assez comme ça... moi qui ai l'habitude de finir mes fiches en trois jours max'... >.<).
Mis à part ça, je me suis permise de bouger aux codes parce que j'ai vu qu'il y avait une autre fiche que je préférai mais comme je n'avait pas la possibilité de faire ça en 2 postes, je préférai en faire un bloc entier... (si vous voyez ce que je veux dire...) donc encore une fois, si je dois le remettre comme il était à la base, je le ferai sans soucis. C'est juste le faire de laisser un blanc pour mettre le deuxième code qui me perturbe... (vous voyez, quand je vous parle de ce côté perfectionniste... d'ailleurs, si vous avez besoin d'aide pour quoi que ce soit. Smile ).
Enfin voilà, je crois que c'est tout ! Smile
Revenir en haut Aller en bas

Aphrodite
NOMEN MEUM...

avatar

Sans moi, le forum ne serait pas comme il est. Je suis une Administratrice.


Me, et me solum !
Parents divins : Ouranos & Aphros
Messages : 70
Drachmes : 206
Date d'inscription : 10/08/2013





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   Dim 25 Aoû - 13:36

Héhé ! Super, je te valides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
NOMEN MEUM...






Me, et me solum !





MessageSujet: Re: Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run   

Revenir en haut Aller en bas
 

Siobhan ∆ but the fire is coming, so I think we should run

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les héros de l'Olympe :: Vous, vous et vous...!! :: Les présentations :: Bienvenue dans notre monde-